Forum SCALP de Strasbourg

Quelles libertés, quelle fraternité voulons-‐nous? Quelle France en Europe?
Appel des psychanalystes contre le parti pris du rejet et de la haine

Ce forum, organisé par les psychanalystes rattachés à l’Ecole de la Cause freudienne, sera l’occasion, pour de nombreux intervenants, scientifiques, chercheurs, artistes, écrivains, travailleurs sociaux, militants associatifs, psychanalystes, de donner leur point de vue, défaire partager leur réflexion, à propos de ce que signifierait pour eux l’élection, à la
Présidence de la République, de Madame Marine Le Pen. Nul mot d’ordre, nulle doctrine au principe de ce forum, mais la volonté de laisser place à la pluralité qui s’exprime lorsque la parole est libre, et qu’il faut savoir convoquer lorsque l’heure est grave.
La Licra Bas-Rhin était présente et est intervenue à la tribune.
Intervention de B.Lonchamp : C’est une vieille dame de 90 ans qui vous parle, la LICRA, fondée en 1927, une vieille dame qui intervient souvent dans le champ public mais beaucoup plus rarement dans les débats proprement électoraux.
Nous le faisons pourtant aujourd’hui, comme les psychanalystes à l’origine du présent Forum, parce que il nous semble que la situation est critique au sens premier du terme.
La France qui est la nôtre, à savoir la France républicaine, est comme prise en étau de deux côtés.
D’un côté, la menace de l’islamisme politique, qui se réclame indûment de la foi musulmane pour mener une entreprise destructrice à l’égard des fondements de notre société, et cela sous dans des versions soit dissimulées soit radicales et bien entendu sous la forme de son excroissance monstrueuse qui est le terrorisme djihadiste.
D’un autre côté, en interaction et parfois en miroir avec la menace islamiste, le danger effectif que représente la reviviscence plus qu’inquiétante de l’extrême-droite politique, représentée principalement par le Front National. La LICRA a la mémoire assez longue et la vue assez aiguë pour reconnaître, sous les propos se voulant patelins et consensuels du FN, les strates successives qui constituent ce mouvement :
– la tradition antirévolutionnaire et antirépublicaine, disons pour faire court le maurrassisme
– l’héritage toujours présent du pétainisme et de la collaboration
– l’approbation sous-jacente du projet colonialiste et de ses tenants les plus criminels, l’OAS
– la vieille idée que toute religion autre que le christianisme est porteuse de la destruction de notre société
– les religions visées étant comme de bien entendu le judaïsme et l’islam.
Et encore une fois, ces deux menaces se nourrissent l’une de l’autre – sans parler d’une frange d’extrême-gauche qui ne trouve pas mieux que de porter aux nues des communautés censément racisées au lieu de lutter à sa façon contre les inégalités réelles et profondes qui minent notre société.
Entre ces menaces, les Français attachés à la République, qui forment selon nous la vraie France, sont certainement majoritaires, mais beaucoup d’entre eux sont déroutés, sidérés, amers, dégoûtés, au point de basculer soit dans le vote extrémiste soit dans une désaffiliation complète à l’égard de la politique et de la démocratie. Les réactions de ces citoyens sont largement entretenues par des dirigeants politiques qui sont rarement, dans leur parole ou dans leur comportement, à la hauteur des enjeux du moment. Et pourtant, nous n’avons pas le choix – et se retirer dans l’Aventin de la rancœur ou du sarcasme est aussi une forme de choix, catastrophique à nos yeux. Nous avons tous le devoir de refuser le fatalisme, de proclamer notre attachement à la République et à la démocratie, et de voter, aux présidentielles et aux législatives, pour celles et ceux qui nous semblent à même d’être les défenseurs et les promoteurs des valeurs républicaines et non pas leurs fossoyeurs. Voilà pourquoi la LICRA a remis au jour en 2017 un slogan très ancien mais toujours actuel : votez antiraciste, c’est à dire votez pour la liberté, pour l’égalité, pour la fraternité, votez pour la République pendant qu’il en est encore temps.
scalp

La LICRA 67 présente à l’ouverture officielle de la « JOURNÉE INTERNATIONALE DES ROMS »

Répondant  à l ‘invitation de Clément DOLISI, chargé de mission Europe et projets européens, nous avons tenu à être présents à cette manifestation  qui s’est déroulée SAMEDI 8 AVRIL à « LIEU d’EUROPE », à STRASBOURG.roms photo

Sous un soleil printanier radieux, les discours de  Nawel RAFIK-ELMRINI, adjointe au maire de Strasbourg en charge des relations européennes, internationales des Droits de l’Homme, puis de  Valeriu NICOLAE, représentant spécial du Secrétaire Général du Conseil de l’Europe pour les questions relatives aux ROMS,

ont souligné l’importance attachée par la Ville de Strasbourg et le Conseil de l’Europe au soutien et à la promotion des droits des ROMS, si souvent bafoués ,et évoqué le chemin qui reste à parcourir pour les soutenir vers une meilleure intégration , spécialement dans le domaine de l’éducation.

La LICRA fait partie des associations attachées à lutter contre les préjugés et les discriminations dont les ROMS restent victimes depuis trop longtemps, en Europe comme en France. À ce titre, elle se sent tout spécialement concernée par tout ce qui peut faire avancer cette cause.

La JOURNÉE INTERNATIONALE DES ROMS constitue un précieux rappel de l’importance de cet engagement.

(F.Faller)

Une occasion exceptionnelle de mieux connaître la Licra : l’adhésion « découverte » à 10 €


strasUne adhésion à 10 € : pourquoi ?

La LICRA organise cette année sa convention annuelle à Strasbourg, et la LICRA du Bas-Rhin veut profiter de cette opportunité en créant une nouvelle adhésion, valablement uniquement pour 2017, d’un montant symbolique de 10 €. Ainsi, toute personne qui, proche des valeurs antiracistes de la LICRA, veut manifester son soutien, pourra le faire sans effort financier. Par là-même elle encouragera la Licra à développer ses actions éducatives, ses actions de défense des victimes de discrimination ou d’insultes racistes ou antisémites et son travail de combat contre la haine

Qui peut en bénéficier ?

Toute personne qui n’était pas encore  membre de la LICRA. En effet, l’opération a pour objectif de permettre à un plus grand nombre de mieux connaître l’action de la LICRA, ses valeurs humanistes, apolitiques et laïques, et d’accroître encore sa représentativité.

Quelle est la durée de l’offre ?

L’offre débute le 15 Mars et se termine le 30 Avril. Durant cette période, il suffira de faire parvenir à la LICRA à Strasbourg (9 place Kléber) un paiement de 10 €, pour bénéficier de l’adhésion 2017, valable jusqu’au 31 Décembre de cette année

Faut-il avoir du temps disponible ?

De nombreux membres souhaitent avant tout faire partie de la Licra, lire régulièrement le magazine antiraciste « droit de vivre » qui leur est adressé et encourager ainsi leur association en renforçant son poids, et la plupart sont très fidèles.

Certains mettent à profit des périodes de disponibilité et décident de militer activement, de donner du temps dans des actions éducatives ou d’accueil, cela ne constitue pas une obligation.

Puis-je rencontrer des membres de la LICRA pour en savoir plus ?

Bien sûr, un  petit message adressé à contact@licra67.org, et nous organiserons un moment de rencontre. Et, si vous adhérez rapidement, la convention de la LICRA, à Strasbourg cette année du 24 au 26 Mars, vous accueillera avec plaisir (inscription nécessaire).

einstein3Un dernier argument ?

Laissons la parole à Albert Einstein

50e Convention de la Licra à Strasbourg

strasbourgL’Europe face aux populismes
Après la Seconde Guerre mondiale, l’Europe, s’est construite sur l’idée que le renforcement des liens entre les peuples au plan économique, scientifique, politique et culturel était le meilleur moyen de battre en brèche les projets nationalistes qui avaient conduit au désastre.
70 ans après, la fièvre populiste gagne la Grande-Bretagne, l’Italie, l’Autriche, la Hongrie, la Pologne, la Belgique, l’Allemagne et la France. Elle porte en réalité une vague extrémiste et xénophobe qui a fait du repli identitaire et religieux son principal levier. Devant nous émerge ainsi non pas une Europe des Nations mais une Europe des nationalismes qui s’unissent pour alimenter un projet de division et d’affrontement.
La crise des réfugiés, devant l’incapacité des Etats européens à fournir une réponse commune et fraternelle, a nourri les discours de haine et de rejet, cristallisant la peur de l’autre et des fantasmes qui semblent ressurgir du passé.
Le combat pour nos valeurs universelles, forgées dans le creuset de l’Europe, n’est pas gagné pour toujours et nous devons faire face à une remise en cause d’une ampleur inédite.
Notre régime de libertés et nos droits fondamentaux seraient les premières victimes de l’arrivée au pouvoir de formations populistes, racistes et antisémites.
Il nous faut absolument stopper cette offensive et redonner aux Européens le goût de l’Europe et de ses valeurs fondatrices. C’est le sens donné à la 50ème convention de la LICRA.
Alain Jakubowicz, Président de la LICRA

Préprogramme
Vendredi 24 mars 2017
15h15 – 16h45
Visite de la Cour Européenne des Droits de l’Homme – Allée des Droits de l’Homme
Juridiction internationale créée en 1959 par le Conseil de l’Europe, sa mission est d’assurer le respect des engagements souscrits par les Etats signataires de la Convention Européenne des droits de l’homme (Inscription obligatoire : nombre de places limité)
18h30
Réception à l’Hôtel de Ville de Strasbourg – 9 Rue Brûlée
Roland Ries, Maire de Strasbourg a le plaisir de vous convier à la réception offerte à l’occasion de la tenue de la Convention nationale de la Licra à Strasbourg
Soirée libre
Samedi 25 mars 2017
Lieu : École Nationale d’Administration
1 rue Sainte Marguerite
9h00
Accueil des participants de la Convention natio¬nale de la Licra
La Convention se déroule dans les bâtiments de l’ENA, situés dans les locaux de l’ancienne prison Sainte Marguerite, à l’entrée du quartier historique de la Petite France
9h30
Ouverture de la Convention
9h45 – 12h30
Travaux des Commissions
12h30 – 14h
Buffet repas sur place
14h00 – 16h30
Conférence-débat : « L’Europe face aux populismes » avec Daniel Cohn-Bendit, Député eu-ropéen de 1994 à 2014, Catherine Trautmann, Députée européenne de 2004 à 2014 et Pierre Henry, Directeur de France Terre d’Asile
En attente de confirmation : Sylvie Goulard, Députée européenne
17h00 – 17h30
Spectacle poétique : « Les migrantes » de Claire Audhuy donne à entendre les témoignages de femmes migrantes, ponctué de chant et de musique. Ces bribes de vie d’Afghanistan, d’Irak, de Bosnie, d’Erythrée sont illustrées en direct
17h30 – 18h30
Rencontres en l’honneur de personnalités qui se sont distinguées en faveur des réfugiés :
Cédric Herrou, agriculteur de la Vallée de la Roya jugé pour avoir aidé des réfugiés, Giuseppina Maria Nicolini, Maire italienne de l’île de Lampedusa, Philippe Martinez, qui a sauvé sur son bateau 1828 migrants en Méditerranée et le prêtre hongrois Zoltan Nemeth (en attente de confirmation)
20h00
Maison Kammerzell – 16 place de la Cathédrale
Dîner républicain dans une Brasserie à l’architec¬ture que l’on dirait issue d’un conte de fées pour un repas de l’amitié autour de spécialités locales
Dimanche 26 mars 2017
Lieu : Hôtel du Département – Place du Quartier Blanc
9h30
Petit déjeuner d’accueil
10h00
Assemblée Générale
Rapport moral par Alain Jakubowicz, Président de la Licra
Rapport d’activités par Roger Benguigui, Secrétaire général
Rapport financier par le Dominique Morel, Trésorier national

12h30 – 14h30
Buffet repas
Clôture de la Convention 2017
14h – 17h
Visite guidée du camp de concentration de Natzweiler-Struthof (sous réserve)

La Licra au Conseil de l’Europe, en tant qu’organisation internationale non gouvernementale

16487139_612962282226637_6233886863282254158_oLa Licra Bas-Rhin, emmenée par le Président de la commission Europe Gilles Bloch, accompagné de Roger Braun et de Claudine Hagège, participait à la Commission des droits de l’homme, ainsi qu’à la plénière : http://www.coe.int/fr/web/ingo/january-2017
Comme à chacune des sessions, les sujets, d’une importance capitale pour la protection et le développement des droits de l’homme dans les 47 Etats membres, se succèdent. Pour n’en citer que quelques-uns, la commission s’est penchée sur la question des droits sociaux, sur les mutilations génitales féminines et le mariage forcé, les migrants et les alternatives à leur rétention, la liberté d’expression, les droits des personnes handicapées ou encore la protection des enfants contre les abus sexuels.
Sur toutes ces question(le processus, particulièrement fouillé est par conséquent assez lent) se succèdent les réunions de groupe de travail, les rapports, les projets de textes, résolutions et recommandations et enfin leur adoption au niveau de la Conférence plénière des OING.
Ainsi lors de cette session a, par exemple, été adoptée une recommandation sur la nécessité de normes garantissant le secret professionnel pour les avocats. http://www.coe.int/fr/web/ingo/texts-adopted
Cette recommandation précise les modalités autorisant un Etat à recourir à la surveillance, après autorisation judiciaire, sans remettre en cause le secret professionnel.
La session a aussi été l’occasion de lancer la campagne contre le discours de haine en France, campagne coordonnée par la LICRA. Cette action est en effet essentielle pour coordonner les nombreuses activités menées par l’Etat, les collectivités, les associations visant à éradiquer les propos haineux. Les parrains de cette campagne étaient plus que prestigieux, puisqu’on reconnaissait, outre la Licra, les représentants du Conseil de l’Europe, l’ambassadeur de France auprès du Conseil, la DILCRAH (Délégation Interministérielle), Jeunesse et Sports, les Affaires Etrangères et la Ville de Strasbourg. Avec de tels parrains et la bonne volonté manifestée, les résultats devraient suivre.
http://www.coe.int/fr/web/no-hate-campaign

vœux 2017

affiche
Cher-e-s ami-e-s
La Licra Bas-Rhin vous présente ses meilleurs vœux pour l’année 2017.
Plus que jamais, nous avons besoin de vous à nos côtés afin que nos actions prennent de plus en plus d’ampleur.
Vous pouvez contacter les personnes responsables de ces actions, si vous souhaitez y participer activement. Un mot pour 2017 : engagez-vous !

« On est toujours l’étranger de quelqu’un. Apprendre à vivre ensemble, c’est cela lutter contre le racisme. » Tahar Ben Jelloun

Amitiés,
Fabielle Angel, Présidente de la Licra Bas-Rhin

Sport : Faiçal Amroune licrasport@licra67.org
Europe, international : Gilles Bloch
Communication interne et externe : Christine Laemmel
Education: Bernard Lonchamp
Assistance juridique : Roger Braun
Culture: Thierry Roos
Evènementiel: Diane Merran

Pour tout renseignement: contact@licra67.org

Et n’oubliez pas :
50ème Convention de la LICRA
24-25-26 mars 2016
Strasbourg

Informations Pratiques

La Convention 2017 se déroulera du vendredi 24 mars au dimanche 26 mars à Strasbourg et sera notamment accueillie dans les locaux de l’Ecole Nationale d’Administration, de l’Hôtel de Ville de Strasbourg et de l’Hôtel du Département. L’ensemble du programme vous sera communiqué très prochainement.

Oser Joséphine

josephine licra

A l’occasion de la parution de Joséphine Baker par Catel et Boquet (éditions Casterman), un roman graphique qui retrace l’incroyable destin de l’artiste, la Licra Bas Rhin retrace le parcours de la femme engagée dans la Résistance à la militante exceptionnelle, aux côtés de la Lica notamment (qui deviendra la Licra), et qui lutta toute sa vie contre le racisme.S’il est connu qu’elle fait partie des membres d’honneur de la LICRA, on oublie trop qu’elle était aussi parmi les fondateurs de la LICA.

Freda Josephine McDonald, plus connue sous le nom de Joséphine Baker est née le 3 juin 1906 dans la célèbre ville américaine de Saint Louis, située dans l’Etat du Missouri.
Elle a grandi dans une famille d’artistes multiculturelle. En effet, sa mère est une danseuse métisse et amérindienne et son père, un musicien itinérant espagnol. Si sa famille est riche culturellement, elle l’est beaucoup moins financièrement. Aînée d’une fratrie de quatre enfants, Joséphine arrête l’école à 13 ans, se marie et travaille chez des gens aisés chez qui sa mère l’envoie.
Ses parents lui ont inculqué la danse dès sa petite enfance, c’est donc sans surprise qu’elle trouvera sa vocation dans ce domaine. Après avoir quitté son mari, elle commence à danser dans la rue avec deux amis, puis se retrouve à travailler au Standard Theater pour gagner sa vie.
Cependant, l’ambition de Joséphine est spectaculaire, elle rêve de Broadway et décide de quitter son deuxième mari pour poursuivre ses aspirations. A New York City, là où tout est possible, elle essuie d’abord plusieurs refus, puis finit par être engagée dans un spectacle à la distribution entièrement noire.
Après quelques années, elle décide d’entrer au Plantation Club. Moment très important de sa vie, puisqu’elle y fera la rencontre de Caroline Dudley Reagan, -épouse d’un fonctionnaire de l’ambassade des Etat Unis à Paris : Donald. J Reagan- qui lui propose un bon salaire pour la suivre en France. Celle-ci voit beaucoup de potentiel en Joséphine et veut faire d’elle une star dans son nouveau spectacle: la Revue Nègre.
C’est avec ce spectacle que la danseuse va se faire connaître. Ainsi, elle danse le charleston presque nue, uniquement vêtue d’un pagne de simples bananes en plastique autour de la taille. Ce genre de musique n’est à l’époque pas connu en Europe. De plus, la tenue de Joséphine fait alors scandale. Malgré le dégoût et la désapprobation, un engouement pour le show se faire alors sentir. Joséphine devient une star en France, elle n’a alors que 19 ans.
Il serait faux de penser que Joséphine Baker ne fut qu’une danseuse. Elle s’est battue aux côtés des résistants pendant l’Occupation et s’engage en 1940 dans les services secrets de la France libre, pour lesquels elle utilisait ses partitions de musique pour cacher des messages codés. Elle a été récompensée de la Médaille de la Résistance.
Après un accouchement difficile, des complications postpartum et les adoptions de plusieurs enfants, Baker retourne aux Etats Unis (en 1947 et 1951) pour renouer avec le succès, mais surtout gagner de l’argent. Si elle était très connue par le passé, la célébrité l’a quelque peu quittée, or, elle s’est presque ruinée pour subvenir aux besoins de tous ses enfants qui vivent dans une grande propriété en Dordogne.
Victime dans son pays de la ségrégation raciale, elle soutient la cause afro-américaine avec Martin Luther King, ce qui lui vaut même d’être écartée de la loge maçonnique « La nouvelle Jérusalem » de la Grande loge féminine de France ».
Elle remonte sur scène à la fin des années 1960 et 1970, elle obtient alors le soutien d’actrices comme Brigitte Bardot et reçoit même l’aide de la Princesse Grace de Monaco et du Prince Rainier III.
Terrassée par une attaque cérébrale deux jours plus tôt, Baker meurt le 12 avril 1975 à 69 ans à Paris.

Celle qui a pris la nationalité française en 1937, qui a exporté la musique noire en Europe et qui s’est battue aux côtés des français pendant l’Occupation mériterait même selon certains d’être enterrée au Panthéon. On considère qu’elle est la première célébrité femme noire.
Aujourd’hui, son ambition, sa détermination et ses idées progressistes sont très largement appréciées et reprises quand on parle de lutte raciale, mais aussi du combat pour la liberté des femmes. (Par Myriam Youla)

Hommage aux victimes des attentats du 13 novembre 2015 lors du Concert « Le Cantique des Cantiques « présenté par le théâtre du Maillon en partenariat avec la Licra Bas Rhin.

cantique 3

cantique

cantique2

……« La culture consiste dans l’instauration d’un ensemble de règles qui organisent les échanges et séparent durablement les sociétés humaines de l’état naturel (Levi Strauss) »
La Culture et de l’Education sont des remparts irremplaçables contre l’ignorance, les discriminations et les extrémismes politiques et religieux. Aujourd’hui, et l’actualité internationale est là pour nous le rappeler et également à l’occasion du triste anniversaire des attentats de Paris nous n’avons pas oublié et nous affirmons haut et fort que la solidarité, l’égalité, l’ouverture, la justice sociale, le respect de l’autre, la laïcité sont les valeurs que nous continuerions de défendre. Nous partageons l’immense espoir et la conviction que la culture participe à l’accomplissement de l’être humain, à l’émancipation de sa condition et à l’expression des libertés auxquelles nous sommes irrémédiablement attachés.
La culture a un grand rôle à jouer pour lutter contre les extrémismes, contre la radicalisation, contre la barbarie. Pourtant son rôle est encore trop bien trop inexploité et nous avons des difficultés parfois à définir et aussi à atteindre nos cibles et publics. C’est pour cela que nous souhaitons ardemment nous engager sur cette voie en développant nos partenariats avec le monde culturel.
C’est dans ce contexte que nous avions évoqué avec le Maillon la possibilité de programmer le Cantique des Cantiques ; hommage à Mahmoud Darwich avec l’équipe de Rodolphe Burger concert interculturel qui symbolise le vivre ensemble, l’acceptation de l’autre et l’amitié entre les peuples  (fabielle Angel).

Sexisme et racisme : un même combat ?

sexisme 1Journée d’échanges le 20 juin 2016 à la Maison des Associations
Lutter contre le sexisme, combattre le racisme et l’antisémitisme, comment repenser les actions et agir mieux ensemble aujourd’hui ?
La LICRA67 avec ses partenaires, les AFL67 (Associations Familiales Laïques) et L’AFFDU-Académie de Strasbourg l’Association Française des Femmes Diplômées des Universités) proposent une journée d’échanges et de réflexion sur ce thème.
Avec la participation de Nouria Yahi-Boggio, Directrice Régionale aux droits des femmes et à l’égalité , Geneviève Couraud, présidente de l ‘Assemblée des femmes, Daniel Lemler, psychiatre, psychanalyste, Nasima Moujoud, socio-anthropologue, Anne Nègre, experte Egalité entre les femmes et les hommes Conseil de l’Europe, Frédéric Simon, directeur du Maillon et des élèves de seconde du lycée Freppel d’Obernai et des accueils périscolaires des écoles élémentaires Schoepflin, Louvois et Finkwiller de Strasbourg.
Journée gratuite et ouverte à toutes et à tous sur inscription.
Pour s’inscrire et consulter le programme : www.nohateweb.eu
Sexisme, racisme : un même combat ?
Lundi 20 juin 2016
De 9h00 à 17h00
Maison des Associations Place des Orphelins 67000 Strasbourg

« Adjugé pour l’antiracisme ! » : entretien avec le photographe François Nussbaumer

DSC_2921NB carréNé en 1958, François Nussbaumer vit et travaille à Strasbourg depuis 25 ans. Il a réalisé de nombreuses campagnes de publicité ainsi que des photographies d’architecture, des portraits, de la photo de mode, d’illustration et de reportage. Parallèlement à cela, il poursuit des travaux personnels qui ont été l’objet d’expositions dans différentes galeries et institutions culturelles en France et à l’étranger. Il est également éditeur. Dans le cadre de la vente aux enchères Adjugé pour l’antiracisme!, il a fait don d’une de ses oeuvres pour soutenir les actions pédagogiques de la Licra, et accepté de répondre à quelques questions sur l’actualité. Lire la suite